Les réservations sont ouvertes pour les jardins suspendus de la Maillerie !

Que cultiver au potager en hiver ? Le froid commence à s’installer, la saison est plus calme, mais il n’est pas pour autant question de faire une croix sur la culture de votre jardin. Suivez notre série de Grows’tips afin d'appréhender au mieux cette saison et celles à venir !

Temps de lecture : 1 à 2 minutes

Continuez à cultiver

Si avec l’arrivée de l’hiver, la saison est plus calme au potager, il ne faut pas pour autant le délaisser. En effet, sachez que vous pouvez continuer à semer, planter et récolter ! Avoir un potager à cette saison peut, peut être, vous sembler contre-intuitif ou ambitieux mais c’est tout à fait possible.

Récoltez & régalez-vous

Vous pourrez profiter de nombreux légumes qui poussent encore à cette saison, si vous avez anticipé leur semis plus tôt dans l'année. Ainsi, vous pourrez récolter en hiver des :

- betteraves

- cardons

carottes

- du céleri-rave

- toutes sortes de choux : fleurs, frisés, pommés 

- panais

- poireaux

- radis

- rutabagas

- une ribambelle de salades : chicorées, laitues, mâches

- ainsi que des salsifis et topinambours

De quoi bien garnir vos assiettes. Cependant rien ne sert de les laisser en terre trop longtemps à cette saison : ils risqueraient d’attirer les nuisibles. Une fois à maturité, récoltez-les donc et régalez-vous !

Préparez les saisons à venir

Envie de jardiner et préparer les saisons à venir ? A cette période, de nombreux semis et plantations vous attendent au jardin.  Voici donc de quoi vous organiser concernant les semis en pleine terre à réaliser en hiver :

Calendrier des semis d'hiver

Lancez-vous !

Alors qui a dit que continuer à cultiver son potager en hiver était impossible ? Vous hésitez encore avant de vous lancer à cette saison ?  Adoptez un potager Growsters et lancez-vous ! Sachez que nous pouvons vous accompagner dans votre projet et cultiver ensemble : so,  let’s grow ?

Réhabilitez les légumes anciens ! Longtemps délaissés, ils reviennent désormais au cœur de nos potagers et sur le devant de l’assiette. Lisez cette Grow’story pour tout savoir sur les légumes oubliés. 

Temps de lecture : 5 à 6 minutes

De l'oubli des légumes anciens...

Si ces légumes sont de retour depuis quelques années dans nos paysages - potagers et culinaires - ils ont longtemps été oubliés. Mais d’ailleurs, pourquoi les légumes oubliés ont-ils été oubliés ? Plusieurs raisons sont invoquées pour expliquer ce phénomène : on vous éclaire ! 

Pour beaucoup, ces légumes étaient très prisés au Moyen-Âge. Ils ont disparu au fur et à mesure du temps car délaissés par les consommateurs. D’une part pour des raisons liées à la culture en elle-même. Trop difficile à cultiver ou peu commode à cuisiner et consommer !  Ces cultures étaient aussi moins rentable que les ‘nouvelles’ plus productives et nutritives. À l’image du panais, ce légume racine qui a été supplanté par la pomme de terre, introduite en Europe autour du XVIIème siècle.

D’autre part, l’usage et la dimension sociétale de certains légumes ont participé à leur oubli. Liés à la pauvreté ou aux périodes de guerre, ces légumes ont souffert d’une mauvaise image qui a conduit à leur abandon. À l’image du topinambour utilisé pour nourrir le bétail ou consommé en cas d’extrême nécessité, en période de disette et famine. Ou bien du chou rave consommé par les paysans et populations les plus pauvres et délaissé après avoir été un légume de guerre lors de la Seconde Guerre mondiale, tout comme les crosnes, le rutabaga et bien d’autres

Au retour des légumes oubliés

Réhabilités par les maraîchers et producteurs soucieux d’une agriculture bio, diversifiée et de qualité, les légumes anciens ont connu ces dernières années un souffle nouveau. Cette action a été appuyée par celle de chefs à la recherche d’une cuisine plus fine. Certains se sont associés à des maraîchers ou cultivent eux-mêmes leur potager afin d’explorer au mieux le potentiel créatif et gustatif de ces légumes. Textures spéciales, formes particulières, goûts singuliers… un champ des possibles s’ouvre à eux. 

Ce regain d’intérêt a également été supporté par les consommateurs, soucieux de découvrir de nouvelles saveurs et de diversifier leur alimentation. La filière conventionnelle a suivi cette tendance. Poussée par l’engouement que suscite ces légumes, elle a remis en rayons ces variétés oubliées. 

Mais qui sont-ils ?

Entendez donc par légumes oubliés tous ces légumes consommés par nos ancêtres durant des siècles mais délaissés au fil du temps. Il s’agit aussi bien de légumes racines que de légumes feuilles ou de tubercules. Voici un petit tour, non exhaustif, de ce que vous pouvez planter au potager. 

Au sein des légumes anciens racines, dont vous consommerez la partie souterraine, vous retrouverez : 

- le cerfeuil tubéreux, à la texture fondante et au goût sucré se rapprochant de celui de la châtaigne

le panais et le persil tubéreux au goût fruité rappelant la noisette

- le raifort dont la racine râpée peut se substituer à une moutarde forte 

- le rutabaga à la texture filandreuse et au goût prononcé

- ou encore les salsifis ou les scorsonères, se rapprochant du goût du cœur d’artichaut pour les uns et plus raffinés pour les autres. 

Notez que la culture et le développement de ces légumes racines étant plutôt longs, ces légumes sont plus résistants aux aléas climatiques. Aussi, une fois récoltés, ils se conservent bien plus longtemps que d’autres. 

Chez les légumes anciens feuilles, pensez à planter au potager, parmi les plus connus : 

- le chou kale, aux vertus nutritionnelles reconnues

- ou bien le chou rave et le cardon, raffinés et simples à cultiver

En substitut de l’épinard vous pourrez opter pour l’arroche, au goût plus prononcé, le chénopode blanc ou chou gras, plus savoureux ou l’épinard-fraise dont vous pouvez consommer les feuilles tout comme les petits fruits rouge. 

Enfin, au sein des tubercules dont nous consommons les excroissances souterraines  vous retrouverez : 

- les crosnes, petit légume chenille, à la saveur délicate 

- la poire de terre ou yacon, légume charnu et sucré 

- le souchet comestible, à la taille de pistache mais au goût d’amande

- et pour finir le fameux topinambour ! 

Leurs bienfaits au potager

Au-delà du pari des textures et saveurs que vous ferez en plantant ces variétés au sein de votre potager, vous cultivez la biodiversité au potager. Et vous assurez la transmission d’un patrimoine potager et culinaire aux générations futures ! En introduisant ces légumes anciens au sein de votre potager, vous diversifiez les cultures, équilibrez vos parcelles et structurez vos sols

D’autant plus qu’une grande partie des légumes oubliés appartenant à la famille des légumes racines et les tubercules, ils se révèlent plus résistants au gel et n’attirent pas les insectes et autres ravageurs. Une fois récoltés, ils vous permettent de traverser la saison hivernale tout en profitant de leurs bienfaits nutritifs et énergétiques.

Lancez-vous dans la culture des légumes oubliés !

À la lecture de cette Grow’story vous souhaitez, vous aussi, vous lancer dans la culture des légumes anciensAdoptez un potager Growsters et lancez-vous ! Sachez que nous pouvons vous accompagner dans votre projet et cultiver ensemble : so,  let’s grow ?

En automne les courges sont à l’honneur ! Envie d’en savoir plus sur leurs secrets de récolte et de conservation ? Suivez ces quelques Grows’tips !

Temps de lecture : 5 à 6 minutes

FAITES LE PARI DES COURGES !

Après l’abondance des récoltes d’été, vous êtes à la recherche d’une culture pour passer l’hiver ? Faites le pari des courges ! Semées entre mai et juin lorsque le sol est suffisamment réchauffé, elles se récoltent à l’automne. Bien conservées elles permettent de vous fournir en légumes tout l’hiver. Avec toutes les variétés existantes, c’est sûr, vous trouverez votre bonheur dans cette culture.

Au-delà de varier votre alimentation, vous bénéficierez de tous leurs bienfaits, appréciables à l’arrivée de l’hiver. En effet, les courges sont riches en eau, en fibres, en minéraux, en bêta-carotène, en glucides lents… et même en vitamine C si vous les consommez crues ! Régalez vous également avec leurs graines qui vous apporteront protéines et lipides : après les avoir fait griller, utilisez-les en garniture et accompagnement de vos plats. 

Si vous hésitez à vous lancer car cette culture reste gourmande en espace : nous avons une solution pour vous ! Les variétés coureuses se prêtent bien à un tuteurage vertical. Cela  s’avère pratique pour les petits potagers mais pas seulement. En effet, en cultivant vos courges en hauteur vous leur assurez une meilleure exposition au soleil, la plante est plus aérée et votre récolte plus aisée. Assurez-vous que la structure soit suffisamment solide pour éviter à la plante de plier et de se casser lors de la croissance des fruits.  

RÉCOLTEZ-LES À L'AUTOMNE

Selon les variétés il faut compter entre 2,5 mois à 4 mois pour que vos courges soient mûres. Ainsi à la fin de l’été et au début de l’automne, une fois arrivées à maturation baignées de soleil : vos courges illumineront votre potager. C’est l’heure de la récolte ! Mais ne vous précipitez pas et patientez jusqu’à ce qu’elles aient atteint leur pleine maturité. Lorsque leur feuillage jaunit, les tiges sèchent et que les pédoncules semblent prêts à se détacher. Ces signes sont aussi les bons pour ceux qui souhaitent récupérer les graines dans le but de les semer : car si vous récoltez trop tôt, la plante n’aura pas eu le temps de consacrer suffisamment d’énergie à la production de semences de qualité. 

Récoltez au fur et à mesure de vos besoins les courges mûres et récoltez le reste avant les premières gelées qui abimeront vos cucurbitacées. Lors de la récolte, soyez soigneux et limitez les chocs sur vos courges pour les conserver plus longtemps. Coupez le pédoncule en le gardant assez long, environ 5cm, et intact pour éviter que la pourriture ne gagne le fruit par ce côté. Et enfin nettoyez les correctement avant le stockage. 

TOUT POUR UNE CONSERVATION RÉUSSIE

Les courges destinées à la conservation doivent être récoltées le plus tard possible afin qu’elles aient une enveloppe suffisamment épaisse pour durer. Une fois bien nettoyées après la récolte, essuyez-les à l’aide d’un chiffon et stockez-les dans un endroit sec à température douce, entre 15 et 20°C. Sur une étagère, suspendue dans un filet ou dans une cagette, trouvez une place à vos courges qui soit bien isolée de l’humidité. Lorsque vous les stockez, veillez à les espacer, à garder le pédoncule vers le haut et vérifiez régulièrement celles qui présentent des signes de pourrissement et retirez les si nécessaire.

Ainsi vous pourrez conserver vos courges entre 3 et 6 mois. A noter que certaines espèces se conservent mieux que d’autres comme l’espèce Curcubita Maxima qui compte parmi ses rangs le potiron Tristar qui peut se garder jusqu’à 2 ans. Au-delà de ces records, vous pouvez également prolonger leur conservation en les préparant pour vos plats futurs et les mettre en conserve ou au congélateur.

DÉCOUVREZ TOUS NOS SECRETS

Vous souhaitez désormais vous lancer dans la culture des courges ?  Adoptez un potager et lancez-vous ! Nous pouvons vous accompagner dans votre projet et cultiver ensemble, let’s grow ?

Avec le retour des collaborateurs au bureau, comment réinventer son espace de travail pour les accueillir au mieux ? Les Blobs vous donnent leurs conseils pour repenser les bureaux et leurs usages !

Temps de lecture : 4 à 5 minutes

Retour au bureau

Revenir au bureau n’est jamais chose aisée ! D’autant plus que ces deux dernières années les lieux traditionnels de travail ont été délaissés pour s’ouvrir au télétravail. Entre locaux désertés et distance des équipes, les bureaux doivent désormais s’adapter pour convenir à de nouveaux usages. Avec le retour des collaborateurs au bureau, comment réinventer les espaces de travail pour les accueillir au mieux ?

Repenser les espaces de travail

Les modes de travail hybrides se sont démocratisés, et la vision du bureau d’antan n’est plus. Les lieux de travail s’étant démultipliés, ne comptez plus sur le bureau comme seul et unique espace de travail : il existe désormais DES bureaux. En effet, le télétravail offre aux collaborateurs une certaine flexibilité quant au choix de lieu et d’instant pour travailler. Ainsi, s’ils ont le confort de rester dans des environnements familiers, où les efforts de représentation et les déplacements se trouvent fortement réduits, les limites entre espaces et temps privés et professionnels sont-elles de plus en plus floues.

Alors comment convaincre les collaborateurs de revenir au bureau ? Le bureau ne doit plus être vu comme le sanctuaire du travail. Il faut désormais entrevoir dans ce lieu le fait de se retrouver, de cultiver des liens, d’entretenir la culture d’entreprise et de récolter le fruit des collaborations.

Réaménager les bureaux

Tout d’abord, prenez en compte la diversité des lieux de travail : que ce soit à la maison ou au sein de l’entreprise, souciez-vous du bien-être de vos collaborateurs. Au bureau, proposez un lieu à forte valeur ajoutée qui donne envie aux collaborateurs de revenir ; en télétravail, assurez-vous qu’ils soient bien équipés et installés pour pouvoir correctement travailler. À l’image de Slean, réinventez vos bureaux au prisme de la flexibilité : leur mobilier est pensé pour transformer les espaces de travail en un espace modulaire et collaboratif et s’adapte également à un usage individuel.

Dans tous les cas, chacun doit pouvoir être accueilli au bureau et avoir la possibilité de venir… ou non, un peu, beaucoup ou pour toujours ! Le deal est donnant donnant : si vous souhaitez que vos collaborateurs reviennent, vous devez être prêts à leur retour. Evitez la lutte des places, marqueur fort d’un manque de considération pour vos collaborateurs. Ainsi on pense à tout et à tous : quels peuvent être les nouveaux usages de ces espaces délaissés ?

Créer des espaces de vie où l'on se sent bien

Chez Growsters, nous croyons avant tout aux synergies d’idées entre collaborateurs. Pour cela, nous créons des espaces de convivialité. Entre nature et culture, chacun cultive la culture d’entreprise, son bien-être et les connexions humaines. En concevant des parenthèses vertes, nous offrons des lieux inspirants qui favorisent les échanges, entretiennent les rencontres et stimulent la créativité. Réaménagez les lieux de travail c’est aussi penser au-delà du simple bureau et de ses fournitures : c’est créer des espaces de vie et de rencontres !

Proposer un projet commun

Enfin, ce qu’il faut à une équipe pour avancer, c’est une vision, une mission que l’on partage. Pour adopter un espace de travail et avoir envie d’y revenir, c’est le même principe. On veut se reconnaître dans ses bureaux. Quoi de mieux qu’un potager pour planter la graine de nouveaux projets communs ? Entre lieu de partage et d’apprentissage, un potager d’entreprise permet d’imaginer le bureau autrement et participe à l’épanouissement des équipes. Les jardins collaboratifs d’entreprise sont une solution pour fédérer les collaborateurs et leur proposer un projet fil rouge qui resserre les liens, sur le long terme. Au-delà d’un simple aménagement, un jardin d’entreprise offre aux collaborateurs un espace de vie où l’on se sent bien.

Transformez vos espaces de travail !

Alors qu’attendez-vous pour réinventer votre espace de travail ? Si vous souhaitez avoir un impact positif durable sur vos employés, vos partenaires et l’environnement qui vous entoure, n’hésitez pas à contacter Growsters pour trouver la solution la plus adaptée à vos besoins et optimiser l’usage de vos espaces !

Votre jardin et votre potager ont souffert de votre absence pendant l’été ? Avant la reprise au bureau, les Blobs vous partagent leurs conseils pour que vous raviviez votre jardin au retour des vacances !  

Temps de lecture : 2 à 3 minutes

La rentrée au jardin

Au retour des vacances, le jardin et le potager n’ont plus leur splendeur d’antan. Si ils se remettent difficilement de l’été et de l’absence de leur jardinier, un grand nettoyage de rentrée s’impose ! À votre retour et avant votre reprise au bureau, prenez un moment pour le raviver tout en profitant d’un instant paisible auprès des plantes et de leurs bienfaits

1. Récolter

Pendant votre absence, vos fruits et légumes ont mûri… d’autres pourri. En effet, vous n'êtes pas sans savoir que l’été est synonyme d’abondance au jardin. Pour commencer, récoltez donc tout ce que vous pouvez notamment en ôtant les parties abimées de ce qui peut être gardé ! En prévision de la saison prochaine, pensez également à récupérer les graines pour vos semis. Une fois que vos récoltes parviennent à pleine maturité, renseignez-vous pour chaque culture et repérez le moment idéal pour récolter vos graines.  

2. Arroser

Si vos plantes n’ont pu être arrosées pendant vos vacances, arrosez-les généreusement. Dès votre arrivée, et de préférence en soirée, procédez à un premier arrosage d’urgence et répétez l’action de façon à ce que l'eau pénètre la terre et abreuve les racines en profondeur. Cette étape est clef pour raviver le jardin et lui refaire une beauté ; d’autant plus si vos plants sont cultivés en conteneur et si l’été a été sec.

3. Nettoyer

Profitez des pauses inter-arrosages pour nettoyer votre jardin. Tout d'abord, en binant autour de vos plants, vous aérerez la terre et aurez un arrosage plus efficace. Vous pouvez également désherber, tailler les pousses et fleurs fanées qui sont énergivores pour votre plante et couper les salades et choux montés en graines. Enfin, pensez à traiter ce qui a souffert de votre départ. 

4. Préparer ses semis

Votre jardin a fait peau neuve et est ravivé. Et la suite ? Que faire au jardin en septembre ? Il faut bien évidemment le préparer pour la saison prochaine. Pour cela les Blobs vous ont concocté un calendrier de ce que vous pourrez semer à l'arrivée de l'automne.

Calendrier des Semis

Profiter d'un jardin revigoré

En suivant ces conseils, vous profiterez pleinement d’un jardin revigoré pour la saison nouvelle et pourrez appréhender avec paisibilité votre retour au bureau ! Et si vous voulez partager autour du potager, vous former, apprendre et être accompagné dans votre démarche, n'hésitez pas à nous contacter

Vous êtes de retour au bureau : voici 3 raisons de se mettre au vert ! Végétaliser son espace de travail présente de nombreux bénéfices trop souvent méconnus ou sous-estimés. 

Temps de lecture : 4 à 5 minutes

Offrir une parenthèse verte au bureau

Face à un mode de travail hybride de plus en plus démocratisé - entre distanciel et présentiel –, le bureau constitue désormais un lieu de vie satellite. Avec le retour des collaborateurs, les espaces de travail se réinventent pour mieux les accueillir. Offrir une parenthèse verte au bureau, c’est assurer un cadre et une dynamique de travail apaisés : on vous explique pourquoi.

Réinvestir son lieu de travail

Selon une étude CSA, si certains appréhendent le retour au bureau, 81% le voient tout de même de façon positive, bien que la plupart espère pouvoir garder plusieurs jours de télétravail par semaine. Un espace de travail végétalisé permet de réinvestir progressivement ce lieu pour plusieurs raisons.

En mettant à disposition un jardin d’entreprise, vous offrez à vos collaborateurs une parenthèse verte attractive. Alors que le temps et l’espace sont souvent des freins pour se lancer dans un tel projet à la maison, quoi de mieux que de profiter du bureau pour suivre les progrès d’un potager. Entre culture et récolte, gérer un jardin c’est tout un programme ! Les collaborateurs se responsabilisent en s’occupant de leurs plants et en veillant à leur bonne croissance… mais surtout ils reviennent progressivement sur site. Ce nouvel espace est une opportunité pour recréer du lien avec son lieu de travail

Assurer le bien-être des collaborateurs

D’autant plus que les plantes ont de nombreuses vertus, et notamment sur le bien-être de ceux qui les entourent. Or en mai 2021, après plus d’un an de crise sanitaire, 44% des salariés déclaraient être en détresse psychologique selon une étude OpinionWay. Végétaliser son espace de travail permet d’avoir un impact positif sur le stress et la santé des salariés. Plusieurs études, telles que celle publiée dans le Landscape & Urban Planning de juin 2015, s’accordent sur le fait que la présence d'éléments naturels améliore considérablement le bien-être des collaborateurs

En réenchantant vos bureaux, vous prenez donc soin de vos collaborateurs et signifiez l’attention que vous portez à leur environnement de travail. Cette reconnaissance peut, à terme, être bénéfique pour votre marque employeur et l’attraction de nouveau talents.

Stimuler la productivité au bureau

Et quoi de mieux qu’un espace où l’on se sent bien pour s’épanouir dans son travail ? Une présence végétale augmenterait de 15% la productivité des salariés, selon une étude de l’Université de Cardiff. Les plantes influent aussi bien sur la concentration, l’attention ou la créativité des collaborateurs.

D’une part, d’après une étude en psychologie de l’Université du Michigan, les stimuli naturels étant plus agréables, ils permettent de restaurer les capacités cognitives ; d’autre part, selon une étude comportementale conduite à l’Université du Texas, un espace végétalisé augmente jusqu’à 15% la capacité des collaborateurs à résoudre de manière innovante et originale des défis professionnels.  Ainsi en plus d’être épanouis, vos collaborateurs seront plus performants lors de leur venue au bureau. 

Se mettre au vert !

N’attendez plus pour végétaliser vos espaces de travail. Offrir une parenthèse verte au bureau c’est motiver le retour des collaborateurs, s’assurer de leur satisfaction et les aider à s’épanouir sur leur lieu de travail. Si pour vous, comme pour nous, il s’agit de vos priorités n’hésitez pas à nous contacter pour lancer votre transformation !

Parfois argileux ou au contraire calcaire, chaque plante apprécie un sol différent. Vous souhaitez tout savoir sur les différents types de sols ?  Connaître la nature de votre sol et savoir comment l'améliorer ? Lisez ces quelques Grows'tips ! 

Temps de lecture : 3 à 4 minutes

Généralités

Il est important de connaître la nature de votre sol pour choisir les plantes qui lui sont adaptées. Il existe différents types de sols et donc autant d'apports possibles  en fertilisation et en amendement. 

Le sol est composé de 4 éléments fondamentaux : 

La terre argileuse

Au dessus d'un sol argileux, vous retrouvez souvent des boutons d'or, des pâquerettes ou encore des liserons. Il est également reconnaissable par son aspect en motte. De plus, lorsque celui-ci est humide, il colle. Au contraire, quand il est sec, la terre est très dure.

Ayant des particules dites « fines » (inférieure à 2 µm), la terre argileuse retient énormément l’eau. C’est un avantage pour les cultures car le sol est presque toujours humide, évitant ainsi le dessèchement de la terre. Par contre, faites attention, elle sera aussi très vite saturée en eau car ses micropores sont très petits. Il se forme régulièrement des flaques d’eau sur la terre argileuse après de fortes pluies. De manière générale, cette terre est difficile à cultiver. La forte teneur en eau se révèle être un vrai problème à la sortie de l’hiver car son réchauffement est très lent. Les cultures seront donc d'autant plus sensibles aux risques de gel.

GROWS'TIPS : Pour l’améliorer, apportez du sable et du compost.

La terre sableuse

Une terre sableuse est l’opposée d'une terre argileuse. En effet, ses particules sont beaucoup plus grosses ce qui l'empêche de retenir l’eau.  La terre est donc très légère et ne possède aucune cohésion.

Son avantage principal est sa perméabilité à l’eau. Elle se réchauffe ainsi très rapidement, permettant à certaines plantes de survivre en hiver. Cependant, l’effet inverse se produit au moment de l’été car la terre a tendance à fortement sécher. Il faut donc l’arroser très souvent et en grande quantité. Malgré une bonne aération, une terre sableuse est sèche et pauvre en matières organiques. 

GROWS'TIPS : Ajoutez du terreau pour l’enrichir et couvrez d’un mulch - paillage organique -, la terre retiendra mieux l’eau et les éléments nutritifs.

La terre calcaire

Principalement composé de carbonate de calcium (CaCO3) issu de l'accumulation de dépôts marins lors des périodes géologiques, il n’est pas rare de croiser des fossiles dans un sol calcaire. Elle arbore une couleur blanchâtre, sèche et très friable. 

Il existe une méthode très simple pour vérifier si votre sol est calcaire ou non. Il suffit de verser du vinaigre blanc sur un échantillon de terre. Elle sera calcaire si de la mousse blanche apparaît. La particularité de ce sol est sa forte capacité de drainage. Cependant, celui-ci peut l’être un peu trop et a tendance à entraîner par lessivages tous les éléments nutritifs importants. Par exemple, si vous apercevez des carottes sauvages, le sol est calcaire et pauvre. Au contraire, en présence de coquelicots ou d’adonis, la terre est calcaire mais riche en humus.

GROWS'TIPS: Pour une terre plus cultivable, il est possible de bâcher la terre au printemps et de couvrir le sol d’engrais verts afin de la protéger.

La terre limoneuse

Ce sol est facilement reconnaissable par sa couleur foncée. Généralement, une terre limoneuse est douce au toucher car elle est poudreuse mais poussiéreuse lors des sécheresses. En revanche, elle est collante en temps de pluie. De plus, lorsqu’il est piétiné, ce sol est tassé et compact.

Également appelé terre humifère, celle-ci est assez grumeleuse et assez proche d’une terre argileuse mais possède néanmoins plus d’éléments nutritifs. La terre limoneuse possède des particules de taille moyenne entre l’argile et le sable.

GROWS'TIPS : Apportez du calcium et de l'humus. 

Une terre siliceuse

Comme son nom l'indique, un sol siliceux est composé en grande partie de silice. Ce minéral se trouve sous la forme de sable. La terre siliceuse est très pauvre en calcaire, et se dessèche très vite. Il manque de consistance, est facilement traversé par l’eau et le chiendent et la bruyère y poussent spontanément.

On retrouve majoritairement ce type de sol dans le Massif Central ou dans les zones rocheuses de la Bretagne.

GROWS'TIPS : Apportez annuellement des fumures organiques et du compost pour l'enrichir.

La terre tourbeuse

La terre tourbeuse est très acide et riche en matières organiques. En hiver, cette terre devient une véritable éponge et absorbe toute l’eau avant de la restituer en été. Elle est souvent très reconnaissable par sa couleur très sombre voire noire. Sa texture est également spongieuse au toucher. Une terre siliceuse ou tourbeuse, doit être travaillée au préalable avant de pouvoir devenir cultivable.

GROWS'TIPS : Ce sol nécessite un apport en chaux tous les 3 ans.

LET'S GROW : CULTIVEZ !

Vous avez désormais toutes les connaissances sur les différents sols existants. Prêts à cultiver avec nous ? Lancez-vous et installez un potager !

Vos collaborateurs ont expérimenté en 2021 le télé-travail. Comme vous, ils ont apprécié gagner du temps, être plus libres, plus autonomes. Pourtant, le bureau n’est pas mort, il est même encore plébiscité par plus de 60% des salariés (étude Ifop, 2021). Simplement, il a changé. On vous propose d’examiner comment Le jardin d’entreprise ré-enchante la vie au bureau

Temps de lecture : 2 à 3 minutes

Les jardins d’entreprise c’est quoi ?

Le jardin d’entreprise, c’est un écosystème de plantes comestibles et ornementales, qui forme une scénographie végétale propice au bien-être et aux échanges. L’entretien des essences est en partie réalisé par les collaborateurs, qui profitent également des récoltes, au sein des corners gourmands aménagés. 

Donner envie aux collaborateurs de revenir au bureau

On s’est habitués à travailler chez soi ou n’importe où, devant son bureau ou sur la terrasse. Désormais plus envie d'espaces monotones et froids, ni de rangées de bureaux alignés. Ce que l’on veut désormais, c’est un lieu agréable et vivant, cosy et modulable. En bref, on veut se sentir au bureau comme à la maison. 

La nature au bureau, voilà une solution. C’est de la couleur et de la vie, c’est un décor qui évolue et remue, c’est un espace composé de zones entrecoupées de feuilles et fleurs. Aux oubliettes les séparateurs de bureaux synthétiques, désormais c’est alcôves végétales et pergolas feuillus. Voilà comment l'on aime travailler au bureau. Le soir il faut bien le quitter, mais on a déjà hâte d’y retourner. Au moins pour arroser notre plante adorée.

Le bureau, un lieu d’échange et d’interactions

Bien sûr, nous allons continuer à télé-travailler. Il est devenu clair que nous savons le faire, et pour travailler un dossier en restant concentré, rien de mieux que d’être seul chez soi, sans être dérangé. 

En revanche, il faut bien échanger entre collaborateurs. Avec régularité, car nous faisons partie d’une équipe. Les Zoom, Meet, Skype et autres plateformes de visioconférence, ça va un temps mais ça manque de vie. Pour une réunion, pour sentir que l’on appartient à une équipe, rien de mieux que de se voir. Physiquement j’entends. 

Le jardin d’entreprise ré-enchante la vie au bureau car il favorise les interactions ; des espaces d’échange, un décor qui inspire et donne de la confiance, des éléments qui dégagent de bonnes ondes.

Un projet fil rouge, qui fait du bien

Un jardin d’entreprise, c’est aussi un support formidable d’activités collectives au fil de l’année. Composé de plantes annuelles, vivaces, ornementales, fleuries, il évolue et favorise les questionnements. On l’entretient, on en récolte les fruits, et chaque action est le moyen de se réunir. Pas besoin d’être à son chevet à chaque minute, le jardin n’est pas envahissant, mais il est un aimant quotidien, qui attire la motivation et les talent.

Le jardin d’entreprise ré-enchante la vie au bureau

N’hésitez plus, il est temps de transformer vos espaces de travail en véritable lieu de vie. Concevez dés maintenant votre jardin d'entreprise ou contactez-nous pour échanger sur votre projet ! 

Vous avez déjà entendu parler de la milpa, culture dite "des trois sœurs" ? Lisez cet article pour connaître son fonctionnement ! 

Temps de lecture : 1 à 2 minutes

Origine & principes

La milpa est une technique ancestrale de culture associée. En effet, il s’agit du plus ancien modèle agricole de Méso-Amérique, il y a 6000 ans. Cette technique est encore largement utilisée aujourd’hui. La milpa est qualifiée d’écosystème car elle regroupe trois cultures : le maïs, les haricots et les courges. En les cultivant de manière combinée, ces trois végétaux s’apportent bienfaits et avantages.

Les bienfaits

Ces trois cultures sont complémentaires et s’offrent mutuellement de précieux bénéfices. En effet, grâce à leurs racines fixatrices d’azote, leur larges feuilles et leur tige servant de support, les rendements sont maximisés !

Essayez la milpa !

Maintenant que vous en savez plus sur cette combinaison, que diriez-vous de l'essayer ? N’hésitez pas à concevoir votre potager ou à nous contacter pour échanger sur votre projet ! Nous avons hâte de cultiver avec vous et avancer tous ensemble vers un monde plus vert : let's grow !

Comment savoir où et quand lancer son potager ? Avec tous ces petits conseils, vous saurez où et quand aménager votre potager !

Temps de lecture : 2 minutes

Où ?

L’endroit où l’on aménage son potager dépend de plusieurs critères ! 

Si vous avez un grand jardin, optez pour une installation à proximité de votre maison afin que vous puissiez voir le potager depuis votre salon par exemple. Vous serez ainsi davantage tenté d’aller y jeter un œil et de l’entretenir. De même, quoi de plus agréable que de cueillir rapidement du romarin ou du thym pour peaufiner la flaveur de ses petits plats ! 

En règle générale, pensez à réaliser au préalable un "zonage" de votre jardin pour déterminer les espaces proches de votre quotidien. Ainsi vous pourrez y cultiver régulièrement ce dont vous avez besoin. Au sein des espaces plus éloignés vous pourrez plantez les variétés récoltées moins régulièrement. Pensez également à l'exposition pour définir vos carrés potagers : plus ou moins ensoleillés, exposés au vent, au sol plus ou moins riche... Cela vous permettra de définir le positionnement de vos cultures.  

D’un point de vue esthétique, à vous de trouver l’emplacement idéal pour allier visuel et praticité. Veillez toutefois à vous assurer que l’emplacement choisi a une durée d'ensoleillement correcte pour la croissance de la plante.

Il est par ailleurs recommandé d’éviter d’installer le potager près d’un arbre ou de haies de résineux car ces derniers vont pomper toute l’eau et les nutriments indispensables à l’épanouissement de vos cultures. Il faut aussi s’interroger sur la qualité du sol: la composition de la terre de votre jardin n’est pas nécessairement homogène. La pente et l’humidité sont également à prendre en compte. 

Enfin, évitez le bas de votre jardin car l’eau à tendance à y stagner et l’air froid y est maintenu. Vos cultures risquent alors de geler ou d’être noyées. Au delà de l'emplacement de votre potager, la période à laquelle vous plantez peut elle aussi avoir une incidence.

Quand ?

Techniquement quand vous voulez; bien que l’automne reste la période optimale pour se lancer. Pourquoi ? Parce que c’est le meilleur moment pour préparer la terre.

Si vous souhaitez transformer une partie de votre jardin en potager, il vous faudra bêcher la terre; or cette période de l’année permet d’éviter les basses températures qui gèlent le sol et les fortes chaleurs qui assèchent la terre.

C’est par ailleurs le moment idéal pour disposer du compost. Pendant l’hiver, les vers de terre vont effectuer plusieurs trajets dans la terre pour se nourrir en surface. La terre va donc être naturellement ameublie par ces organismes. Vous pouvez maintenant vous lancer dans vos cultures et profiter pleinement de ses bienfaits !

Lancer son potager !

Vous savez désormais comment aménager votre potager mais n’avez pas assez de place ou tout simplement pas de jardin ? Aucun soucis, adoptez un potager en nous contactant ! Nous avons hâte de cultiver avec vous et d'avancer tous ensemble vers une ville plus verte : let's grow together !